Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2019

Vol automnal

Un papillon évoluait dans le jardin de l’automne.

Il volait, virevoltait,

Perdu dans le temps,

Perdu dans les souvenirs de son été évanoui.

Chenille verte et trottante, il s’était transformé en éclats de couleurs,

En beauté éclatante,

En souffle léger et passager.

Ephémère présence, conscient de son court passage, il s’obstinait à vivre dans la lumière d’un octobre finissant.

Bientôt la froidure l’emporterait vers l’au-delà des papillons.

Que resterait-il alors, de ce vol de couleurs, de cette légèreté soyeuse, de ces battements d’ailes désordonnés ?

Il ne resterait rien, si ce n’est le souvenir d’une beauté colorée et fragile qui un instant a pu égayer notre vie. 

littérature

 

 

 

 

16:02 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : littérature

Commentaires

J'aime les papillons.
Peut-être sont-ce ces métamorphoses qui me fascinent, ou ce cycle infini, accéléré, cette dérisoire vacuité d'existence qui n'a pour but que de prolonger l'espèce d'individu en individu.

Cette exultation finale après la nymphose, ce baroud d'honneur de l'être qui se donne en toute insouciance avant de mourir, ça a quelque chose de tragiquement beau.
Peut-être est-ce cette similitude parfaite, cette métaphore de notre vie de pauvres humains battant des ailes et nous prenant un instant pour le ventre du monde, alors qu'un coup de vent nous met à terre comme des fétus.
Une vie entière à aimer, à construire, à rêver et en un instant tout peut s'écrouler. Toujours. A chaque instant.
Et ce soir, plus que jamais, en lisant votre texte, je me sens papillon. Un papillon qui aurait conscience que sa vie si précieuse ne tient qu'à une tige d'herbe jaune et tremblante. Et à un peu de poudre d'or sur ses ailes.

Écrit par : celestine | 01/11/2019

Voilà, chère Célestine, exactement ce que je voulais exprimer. La chenille qui devient un merveilleux papillon, de toute beauté, et qui vole, insouciant, sans se rendre compte que l'hiver et la mort sont à sa porte.
Oui, nous aimons les papillons parce qu'ils nous ressemblent par leur côté éphémère.

Saviez que certains papillons émigrent comme les oiseaux ?

https://www.rtbf.be/emission/le-jardin-extraordinaire/detail_pourquoi-les-papillons-migrent-ils?id=10211280

Écrit par : Feuilly | 01/11/2019

Eh bien non, je ne savais pas...
Et merci pour cette information capitale.
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | 01/11/2019

Pour se rendre dans le sud de l'Espagne, ils suivent la côte Atlantique ou la vallée du Rhône et les bords de la Méditerranée.

Ca me fait penser au roman de Garcia Marquez, "l'amour au temps du choléra" (que je vous conseille vivement si vous ne l'avez pas lu). Les deux amoureux ne descendent plus jamais du bateau qui fait la navette entre deux points et ils traversent des nuages de papillons.

Écrit par : Feuilly | 01/11/2019

J'aime beaucoup l'idée...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | 02/11/2019

Écrire un commentaire