Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2017

"Auprès de ma blonde" de Thierry-Marie Delaunois, Editions Chloé des Lys, 2016

Je viens de terminer le livre de Th-M Delaunois, « Auprès de ma blonde », qui ma foi ne manque pas d’intérêt. Le titre, à vrai dire, ne me plaisait pas trop (il est vrai que je préfère les filles  brunes aux filles blondes, ceci expliquant peut-être cela, car finalement, qu’on le veuille ou non, le lecteur n’est jamais neutre quand il aborde un ouvrage et il vient avec tous ses préjugés et sa propre grille de lecture).

Au fil de la lecture,  j’ai découvert une histoire bien ficelée, aux multiples rebondissements. Au début, tout semble normal et anodin : une rencontre dans un parc public entre un homme et une femme. Une histoire se noue lentement et on devine la suite. Rien de plus banal, en quelque sorte. Mais les protagonistes sortent pourtant de l’ordinaire. Lui est écrivain (tiens donc !) et elle, manifestement, n’a rien de la blonde classique. Grande, baraquée, elle exerce la profession de sorteuse dans un bar. Etrange. Mais derrière ce côté un peu bourru on devine une faille. Et c’est là que le roman devient intéressant. Il ne faut pas se fier aux apparences. Petit à petit le lecteur est intrigué et veut en savoir plus sur cette femme dont insensiblement le héros tombe amoureux.

Il y d’autres protagonistes autour de ce couple qui se forme. Il y a Hélène (la belle Hélène, comme dans l’Iliade d’Homère), qui vit seule avec ses trois enfants et tombe sous le charme d’André, notre héros qui lui est déjà sous le charme de la belle blonde. Une rivalité s’installe entre les deux femmes, comme on pouvait s’y attendre.

Il y a les trois enfants d’Hélène, qui par leur naïveté (ou leurs propos mûrement réfléchis et qui font mouche) disent des vérités qu’il n’est pas bon de dire.  

Il y a une gitane aussi, qui erre dans le parc et qui dit la bonne aventure à qui veut bien l’écouter. Comme le devin Calchas dans l’Iliade, elle ne se trompe jamais et prédit l’avenir avec clairvoyance, mais personne ne l’écoute.

Il y a le lac, au milieu du parc. Véritable protagoniste de l’histoire, il semble immense. En tout cas on s’y noie fréquemment.

Il y a enfin les affaires de famille, qu’on devine petit à petit au cours de la lecture, comme cette sœur jumelle de l’héroïne qui est morte autrefois, laissant un vide qu’on ne peut combler. Et puis il y a le questionnement sur les origines : qui est la père de la blonde ? Petit à petit tout cela se met en place et plus on avance dans le livre plus on a envie de découvrir la suite, suite que je ne vous raconterai évidemment pas !

Littérature

00:05 Publié dans Littérature | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : littérature

Commentaires

Aaaaaaaaaaaaaaah... Oui, intrigant et à tiroirs dirait-on... entrainant aussi...

Écrit par : Edmée De Xhavée | 11/05/2017

Ça donne envie...
Et les rousses, quid des rousses ? ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : Celestine | 12/05/2017

Les rousses on n'en parle pas voyons !!! :))))))

Écrit par : Feuilly | 12/05/2017

Les brunes ne comptent pas pour des prunes, c'est bien connu, voyons.

Écrit par : cleanthe | 13/05/2017

Tu sais qu'un Québécois quand il parle de sa femme, dit toujours "ma blonde" :)

Écrit par : Michèle | 13/05/2017

@ Michèle : oui. Quel dommage pour les autres ! :))

Écrit par : Feuilly | 13/05/2017

http://comptines.tv/aupres_de_ma_blonde

Écrit par : Michèle | 15/05/2017

En tout cas j'aime bien ta chronique de ce livre. Ton honnêteté et ton sérieux vont nettement au-delà de la solidarité avec ton éditeur. Chloé des Lys a de la chance.

Écrit par : Michèle | 17/05/2017

Ben oui, il faut rester honnête et objectif quand on commente un livre. Impossible de tricher, de faire croire que... ou alors cela se sent tout de suite.

Écrit par : Feuilly | 17/05/2017

Si les ministres et secrétaires d'Etat qui viennent d'être nommés dans le gouvernement français pouvaient voir les choses comme toi...

Écrit par : Michèle | 18/05/2017

Écrire un commentaire