Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2017

Un conte japonais

On se souvient de Pénélope, qui défaisait la nuit le voile qu’elle confectionnait pendant la journée (lequel devait servir à envelopper le corps de son beau-père Laërte, lorsque celui- mourrait). Cette ruse habile lui permit de repousser les prétendants qui accouraient nombreux et qui souhaitaient l’épouser. Plus tard, elle eut une autre idée : celui qui arriverait à bander l’arc de son mari Ulysse pourrait prétendre à sa main. On connaît la suite : seul Ulysse, qui revenait enfin de son interminable périple, parvint à tendre l’arc et à décocher des flèches contre ses rivaux.

On trouve dans les contes  d’autres stratagèmes du même genre. Souvent, la fille d’un roi sera donnée en récompense au héro valeureux. Dans quelques cas, la situation est inversée, comme dans Cendrillon, où ce sont les jeunes filles qui se précipitent en espérant que leur joli pied rentrera dans la fameuse pantoufle. Dans ce cas, c’est le roi qu’elles désirent épouser. Alors que dans l’Odyssée on avait une femme qui se refusait à de nombreux prétendants, on a ici de nombreuses femmes qui voudraient à tout prix épouser un homme remarquable.

Parfois, la situation est encore différente. On a une femme seule qui cherche l’amour mais qui ne consentira à se donner qu’à celui qui réalisera un exploit extraordinaire (Pénélope, elle, espérait bien que personne ne parviendrait à tendre l’arc).

Il en va ainsi dans un conte japonais. Une princesse avait fait confectionner un tambour dont la peau était faite d’une toile de soie. Autant dire qu’il était impossible d’émettre le moindre son avec un tel instrument. Tous les jeunes gens s’y essayèrent pourtant, mais ils avaient beau frapper le tambour, seul le silence répondait à leurs efforts. Pendant ce temps, la princesse se désespérait de rencontrer un jour le prince charmant.

Une nuit pourtant arriva de loin un jeune homme qu’on n’avait jamais vu. Il venait d’un pays lointain et s’il avait traversé de nombreux fleuves et de nombreuses montagnes, c’était dans le but d’essayer le fameux tambour dont il avait entendu parler. Dès qu’il fut arrivé au pied du château de la princesse, il s’enquit donc de l’endroit où se trouvait l’étrange instrument de musique. Un serviteur le lui montra : il était accroché à la branche d’un arbre surplombant un lac. Le jeune homme, éperdu d’amour, tenta sa chance, mais comme il fallait s’y attendre, aucun son ne sortit du tambour. Alors, de désespoir, il se jeta dans la lac où son corps disparut au milieu de cercles concentriques. Il venait à peine d’être englouti quand le tambour se mit à émettre un son doux et agréable. En l’entendant, la princesse quitta son château et se précipita. Folle d’amour, elle qui attendait depuis tant d’années, elle arracha ses vêtements tout en courant le long du chemin en pente qui menait au lac. Quand elle comprit ce qui s’était passé, elle resta là, nue et désespérée, à contempler l’onde noire dans la nuit. Elle eut beau geindre et pleurer, seul le silence répondit à ses cris.

On dit que depuis, tous les soirs, elle descend au bord du lac. Ensuite, elle fait vibrer le tambour dans l’espoir de faire revenir celui qu’elle n’a jamais vu, mais qui est mort d’amour pour elle.  

 

Littérature

Commentaires

Belle histoire, mais tragique...
Cela change du sempiternel « ils se marièrent et ils eurent...»
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 14/04/2017

Voilà, ici tout est drame. J'aime cette idée d'un tambour silencieux. Le vrai amour ne doit-il pas être secret et silencieux plutôt que public et social ?

Écrit par : Feuilly | 14/04/2017

Ouf ! Beau conte effectivement mais aux premires mots j'ai eu peur j'ai cru que tu allais nous parler d'une Pénélope qui cachait la nuit les sous qu'elle avait volés le jour :))))

Écrit par : Bertrand | 15/04/2017

@ Bertrand ; Ah bon ?

Écrit par : Feuilly | 15/04/2017

Je trouve qu'on n'est pas très loin de quelque chose comme Orphée et Eurydice...

Ce tambour m'a tout l'air d'être ensorcelé... Enfin, c'est un conte, et comme bien des contes, il ne tient pas debout (je ne suis pas un bon public pour les contes, j'ai sans doute trop les pieds sur terre !)

Par contre, Pénélope avait plutôt bien réussi son coup, mais cela a fini en bain de sang.

(Il y a quelque temps, j'ai regardé les derniers épisodes de l'Odyssée sur youtube, le feuilleton des années 70 avec Irène Papas). Le plus odieux des prétendants était d'ailleurs incarné par un acteur que je trouvais très beau.

Écrit par : Pivoine | 15/04/2017

@ Pivoine : eusses-tu été Pénélope que tu l'aurais épousé aussitôt ! :))))

Oui, le mythe d'Orphée, c'est vrai. Mais là l'amour a existé entre les amants et il s'agit d'aller rechercher Eurydice aux enfers. Ici les amoureux ne se connaissent pas et ne se sont jamais rencontrés. Mais en effet ici la princesse essaie de faire revenir son amoureux du monde des morts.

Écrit par : Feuilly | 15/04/2017

Ça finit mal, mais peut-être le tambour demandait-il un peu de patience, le son cherchait son chemin pendant un moment, assez pour que le jeune homme impatient se suicide, alors que la jolie jeune princesse, elle, a eu de la patience. Et pleure son impétueux joueur de tambour...

Écrit par : Edmée De Xhavée | 16/04/2017

@ Edmée : voilà, l'amour demande de la patience.

Écrit par : Feuilly | 16/04/2017

Tu connais le titre de ce conte japonais ? J'ai recherché, je n'ai pas trouvé.

Écrit par : Michèle | 19/04/2017

Je te pose la question parce que ce que tu racontes là, m'évoque des contes d'autres continents où un personnage (le plus souvent un enfant) qui a été tué, renaît dans un chant (le conte du genévrier par exemple).
Et là c'est comme si la peau du tambour était celle du jeune homme mort. Il suffit de la caresser (caresse humaine ou caresse du vent) pour qu'elle vibre et se mette à chanter.

Écrit par : Michèle | 20/04/2017

Non, c'est dans Pascal Quignard, "Vie secrète" (Dernier Royaume, VIII) que j'ai lu ça. Il dit "un conte japonais".

ps : je n'ai lu que le Dernier Royaume I (le sombres errantes) et celui-ci que je termine.

Écrit par : Feuilly | 20/04/2017

Écrire un commentaire