Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

"ici et ailleurs"

Il est arrivé aujourd’hui !

Je veux parler de mon nouveau livre publié aux éditions Chloé des Lys…

Après un roman (« Obscurité ») et un recueil de poésie (« Le temps de l’errance »), c’est maintenant un recueil de nouvelles (ou plus exactement d’histoires courtes) que je vous propose.  Celles-ci se déroulent en Afrique, en Amérique du sud ou en Europe. De quoi se dépayser.

Pour le commander, il faudra attendre quelques mois encore, le temps qu’il soit référencé et repris dans le catalogue de l’éditeur.

Le prix cette fois sera très démocratique : 13 euros en librairie pour 293 pages.

J’en reparlerai ultérieurement.

 

IMG_8155.jpg

 

 

Commentaires

Je vous félicite, cher ami
et je ne manquerai pas de m'enquérir de sa parution...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 21/02/2017

Amicales félicitations !

Écrit par : Bertrand | 21/02/2017

Merci. C'est toujours un moment émouvant quand on reçoit ainsi un de ses livres. Mais vous le savez tous les deux :))

Écrit par : Feuilly | 21/02/2017

C'est pas faux !

Écrit par : celestine | 22/02/2017

Toutes mes félicitations !

Écrit par : Laure Hadrien | 22/02/2017

Merci :)

Écrit par : Feuilly | 22/02/2017

Quelle bonne nouvelle, et belle présentation aussi!!! Bravo!

Écrit par : Edmée De Xhavée | 22/02/2017

@ Edmée. Merci. Une photo personnelle en plus. il fallait quelque chose d'un peu exotique, vu que l'action se passe essentiellement en Afrique et en Amérique du sud. Celle-ci a été prise au parc de Mariemont, où il y a des séquoias. Bon, en réalité ceux-ci ne poussent qu'en Californie, mais tout récit n'est-il déjà pas mensonge de toute façon ? :))))

Écrit par : Feuilly | 22/02/2017

Un tout grand bravo !!! Je ne doute pas que tu nous ait préparé un nouveau petit chef-d'oeuvre !

Écrit par : Rolande Michel | 22/02/2017

@ Rolande : ça, ce sont les lecteurs qui le diront :)))

Écrit par : Feuilly | 22/02/2017

Ouais ben c'est pas une bonne idée de publier chez des éditeurs qui n'ont pas de distributeur...
Je sais bien que c'est politiquement incorrect de dire des choses pareilles, je les dis malgré tout :)

Écrit par : Michèle | 24/02/2017

@ Michèle : quand on n'est pas célèbre a-t-on vraiment d'autre choix ? Tu me diras que si la qualité y était vraiment, il n'y aurait pas de problème. J'en doute cependant.

Écrit par : Feuilly | 24/02/2017

C'est complexe l'édition. Bien malin celui qui verrait clair dans le pourquoi du comment...

Ton propos à toi c'est d'écrire et tu le fais avec cœur et sincérité. Je me rappelle avoir lu "Obscurité" avec beaucoup de plaisir... et de passion :)

Ce qu'il faut c'est un système d'aides publiques qui permettent aux éditeurs d'être distribués.
Ce n'est pas la qualité qui est le critère de la distribution, c'est le fric.

Écrit par : Michèle | 24/02/2017

Oui, le problème, c'est la distribution. Il faudrait une sorte d'organisme public qui s'en occuperait (avec des subsides de l'Etat). Mais ce serait promouvoir la culture, ce dont tout le monde se moque. Et comme par ailleurs le crédo libéral veut privilégier le secteur privé, le rendement devient un des critères clefs.

Par ailleurs, certains éditeurs reçoivent des subsides (pas le mien) pour éditer des auteurs inconnus. Malheureusement ils détournent souvent les fonds pour éditer à moindre frais des auteurs déjà quand même quelque peu connus.

Écrit par : Feuilly | 24/02/2017

En 1742, J.J.Rousseau venait de terminer son premier ouvrage (Projet concernant de nouveaux signes pour la musique) et il fut confronté à la difficulté de le publier. Il disait " La difficulté fut de trouver un libraire qui voulût se charger de mon manuscrit vu que les libraires ne jettent pas leurs écus à la tête des débutants, et qu'il me semblait cependant bien juste que mon ouvrage me rendit le pain que j'avais mangé en l'écrivant… ''. Finalement il a utilisé une forme de « compte d'auteur » pour se faire publier et il a jouté : "Je n’ai tiré jamais un liard de cette édition, qui vraisemblablement eut un débit médiocre." Rares sont les auteurs qui n'ont pas rencontré la difficulté évoquée par Rousseau, et plusieurs ouvrages qui font aujourd'hui l’honneur de la littérature française ont été publiés, heureusement, ''à compte d'auteur''. "Du côté de chez Swann’’, "Une saison en enfer’’ de Rimbaud, "Les poèmes Saturniens’’ de Verlaine, "Les Cahiers et les poésies d'André Walter’’ de Gide…, autant de chefs-d’œuvre publiés sur financement de leurs auteurs. Des milliers d'autres n’ont pas eu cette chance et sont restés dans les tiroirs.
Etant donné le nombre élevé d'auteurs qui n'arrivent pas à publier leurs créations, peut-être faudra-il songer à imaginer et créer une coopérative, une association ou toute autre organisation à but non lucratif qui pourrait mutualiser les risques et la fortune d’auteurs inconnus. Surtout qu’à présent, internet devient un outil de soutien majeur (l’autoproduction chez les artistes, par exemple, est devenue un phénomène efficace et incontournable). Cette idée simple n’est peut-être pas réalisable?

Écrit par : Halagu | 26/02/2017

@ Halagu : avec cette nuance que mes livres sont publiés à compte d'éditeur et même si c'est un petit éditeur cela donne quand même une sorte de reconnaissance. Mais la diffusion ne suit pas, évidemment. Il faudrait, oui, une sorte de coopérative (fiancée par l'Etat?) qui permettrait de proposer en librairie des oeuvres qui sans cela sont appelées à rester inconnues.

Je me souviens bien de ce passage chez Rousseau :))

Écrit par : Feuilly | 26/02/2017

Écrire un commentaire