Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2020

Les chevaux arabes

Sous les remparts de Grenade, quand vient la nuit

Et que la lune est pleine,

Entendez-vous le trot des chevaux arabes ?

 

S’en vont-ils vers la lointaine Syrie, par la route des califes,

Pour rejoindre Damas,

Ou montent-ils la garde dans la torpeur andalouse

Pour défendre les forteresses omeyades ?

 

Entendez-vous le fracas des sabots

Dans la nuit étoilée de rêves,

Quand le vent soulève le sable ardent en gémissant ?

 

Est-ce Abd al-Rahman qui s’en revient de Cordoue

Dans son habit d’or,

Suivi par ses guerriers abbassides,

Ou n’est-ce que le vent de la sierra

Qui rend fous les étalons

Quand sur le désert tombe le crépuscule ?

 

Dans le quartier de l’Albaicin, une femme voilée écoute à sa fenêtre

Les chevaux arabes qui trottent dans la nuit.

Elle rêve au prince des sables sur son alezan

Qui viendrait la ravir et l’emporter dans la nuit.

Dans cette course folle au rythme des sabots

Elle tiendrait la taille de l’homme

Et sous son voile, elle serait déjà nue.

 

litterature

02:12 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : litterature

Commentaires

Magnifique poème. C'est l'évasion assurée et la fin est une apothéose.

Écrit par : Halagu | 14/06/2020

@ Halagu : comme quoi la poésie n'est pas toujours statique comme certains le prétendent :))))

Écrit par : Feuilly | 14/06/2020

Si la poésie met en mouvement l'imaginaire, si elle provoque l'émotion, alors elle est la Poésie et le lecteur n'a que faire des querelles de chapelle. J'ai toujours refusé de lire le verbiage des critiques qui tentent de cloisonner la poésie. La poésie se reconnaît à sa qualité, à son esthétique.

Écrit par : Halagu | 15/06/2020

@ Halagu : voilà qui est bien dit. Certains en effet considèrent que la poésie se doit d'être hermétique, à la limite vide de sens, et ne jouer que sur les mots et les sonorités. Personnellement, c'est le genre de poème qui m'ennuie.

Écrit par : Feuilly | 15/06/2020

Quel beau poème, émaillé de mots mystérieux et d'odalisques voluptueuses.
Tous les plaisirs des sens y sont au rendez-vous.
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Célestine | 16/06/2020

@ Célestine : vous voyez que mes poèmes ne sont pas toujours tristes et qu'ils peuvent s'ouvrir sur le rêve des sens :)))

Écrit par : Feuilly | 16/06/2020

Je n'en ai jamais douté, cher ami !
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : Célestine | 24/06/2020

L' al-Andalous me fascine. J'aime ces mots : Omeyyades abbassides, Albaicin... On est dans les ruelles blanches de la colline de Grenade.

Écrit par : Michèle | 10/08/2020

Grenade, adossée à la Sierra Nevada, est la perle de l'Andalousie.

Écrit par : Feuilly | 11/08/2020

Écrire un commentaire