Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2018

Epiphanie

(Reprise de l’article paru le 04.01.16)

Épiphanie : du grec « τ α ̀ Ε π ι φ α ́ ν ι α » neutre pluriel substantivé de l’adjectif « ε ̓ π ι φ α ́ ν ι ο ς »,  « qui apparaît ». Le verbe « ε ̓ π ι φ α ι ́ ν ω » signifie par ailleurs «  faire voir, montrer » (l’idée première est celle de la lumière du soleil qui éclaire).

Dans l’Eglise catholique, L’Epiphanie désigne donc la manière dont le Christ se manifeste auprès des hommes (baptême dans le Jourdain, transformation de l'eau en vin aux noces de Cana, etc.)

Ensuite, la tradition a restreint l'usage du mot Épiphanie à la visite des mages, qui étaient sans doute des prêtres zoroastriens.

 Zoroastre, aussi appelé Zarathoustra, est un prophète perse (plus ou moins contemporain de Périclès en Grèce) qui eut une révélation du dieu Mazda. Il s’ensuivit une religion qui est une des premières à être monothéiste et qui parlait déjà de l’immortalité de l’âme et du jugement dernier. Elle a donc directement influencé le christianisme, qui est loin d’avoir tout inventé.

Mais revenons à nos mages. Selon saint Matthieu, ceux-ci furent guidés jusqu’à la crèche par une étoile (sans doute notre évangéliste voulait-il signifier par-là que le vieux monothéisme zoroastrien se soumettait au nouveau Messie qu’était le Christ). Ce récit, qui n’a évidemment aucun fondement historique, a pris beaucoup d’importance au Moyen Âge, où les mages sont même devenus des rois  (prénommés par ailleurs Gaspard, Melchior et Balthazar). Notons parmi eux la présence d’un Africain noir (sans doute pour indiquer que la venue du Christ concernait tous les hommes)

L'Épiphanie se célèbre le 6 janvier, mais ces derniers temps l'Église catholique a préféré la fixer au premier dimanche qui suit le 1er janvier.

Quant à la galette des Rois (une réminiscence des Saturnales romaines et de la fête païenne du Soleil, lequel était représenté par une galette ronde), si l’on en croit les historiens, la fameuse fève cachée dans le gâteau rappellerait l'Enfant Jésus que les mages, les yeux fixés sur leur étoile, avaient mis pas mal de temps à découvrir. Vous n’oublierez pas ce détail, j’en suis sûr, lorsque vous dégusterez votre galette.

 

Notons encore que si en France les enfants reçoivent des cadeaux à Noël (les adultes aussi, d’ailleurs, sans doute parce qu’ils sont restés de grands enfants), en Belgique c’est Saint Nicolas (le six décembre) qui leur apporte des jouets. En Espagne, par contre, ces sont bien les rois mages qui remplissent cette fonction le six janvier.

Lorenzo Monaco, l'Adoration des mages (vers 1422), Florence, Gallerie des Offices

Qu-est-ce-que-l-Epiphanie_image_article.jpg

08:25 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Intéressant billet (mais c'est un pléonasme chez vous cher ami)
N'oublions pas la Befana en Italie, qui passe la veille de l'Epiphanie.
Ma grand mère y tenait beaucoup.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 08/01/2018

@ Célestine : je ne connaissais pas la Befana. Je trouve ceci sur Internet :

Selon la légende, la fête de la Befana est très ancienne. Elle remonterait à l'époque romaine, puis les chrétiens l'auraient récupérée. On raconte aux enfants italiens que les Rois mages, un peu perdus, trouvèrent une vieille femme sur leur chemin. Ils lui demandèrent leur chemin. Les rois mages lui proposèrent même de les accompagner, jusqu'à l'enfant Jésus, mais la vieille dame refusa. Prise de remords, elle tenta ensuite de les retrouver. Sans succès...Mais tout le long du chemin, elle distribuait des cadeaux et des petits gâteaux aux enfants.

En France, c'est le Père Noël qui apporte des cadeaux aux enfants, en Belgique, en Allemagne et dans l'Est de la France, c'est Saint Nicolas (06.12) tandis qu'en Espagne, ce sont les rois mages (06.01), auxquels est visiblement liée la Befana de votre mère-grand :))

Écrit par : Feuilly | 09/01/2018

@ Michèle : facile, j'avais mis les références au-dessus de l'article :))))

Écrit par : Feuilly | 09/01/2018

Il suffit de taper le titre de l'article dans "recherche" sur ton blogue. Alors oui c'est facile et ce n'est pas pour faire la maligne que je l'ai recherché mais parce que je me rappelle très bien cet article et la recherche que j'avais faite. Moi qui ne suis pas une grande lectrice de la Bible, j'aime quand je dois aller y investiguer :)

Écrit par : Michèle | 09/01/2018

@ mais j'aime bien te taquiner un peu :))

Écrit par : Feuilly | 10/01/2018

La Belgique serait-elle déjà à l'est ?
Car la tradition du 6 décembre, des cadeaux de la Saint-Nicolas, est très présente aussi en Pologne et, je crois, pas certain, dans toute l'Europe centrale.

Écrit par : Bertrand | 10/01/2018

Oui, Belgique et Lorraine

Écrit par : Feuilly | 10/01/2018

A propos de cadeaux, de l'autre côté du Bug, Noel est le 6 janvier (calendrier orthodoxe)...
Ce qui fait que Biélorusses et, dans une moindre mesure, Ukrainiens, accourent faire leurs courses alors qu'ici "La fête" a déjà éteint ses lampions...
Une aubaine pour l'essentiel de ces festivités : le chiffre d'affaires.

Écrit par : Bertrand | 10/01/2018

Écrire un commentaire