Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2017

La lectrice et son livre

Elle se livre parfois

Quand commence un nouveau chapitre

Et que l’écriture lui plaît

 

Elle se livre à livre ouvert

Tandis que lui, il tourne les pages

De son passé, de son présent

 

Elle lui raconte son enfance

Toutes ses turbulences

Et parfois lui lit un conte d’autrefois

 

Il l’écoute en feuilletant

Ce livre ouvert

A la page de l’amour

 

Il l’effeuille page à page

Caresse son visage

Contemple sa nudité

 

Son doigt glisse sur les pages

Le dos, la tranche

Et s’attarde en un point précis

 

Elle gémit lentement

Quand il pénètre au cœur de l’histoire

Et qu’il lui murmure son amour

 

Elle gémit dans le grand lit

Tandis qu’il tourne les pages

Et lui lit la suite de l’histoire

 

Puis arrive le mot « fin »

Le livre est refermé

La page est tournée

 

Il s’en est allé

 

Dans la bibliothèque

Le livre est rangé

Le conte est terminé

 

Elle rêve à cette histoire

A cet amour perdu

A ce livre merveilleux

 

Elle rêve à la manière dont il racontait l’histoire

Elle revoit sa main

Qui parcourait les pages

 

Sa main qui caressait son dos

Sa tranche, son ventre

Mais qui a fini par tourner la page

 

Littérature

 

00:49 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : littérature

Commentaires

Votre version de "la lectrice" est délicieuse.
Merci.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 16/03/2017

@ Célesrine : n''est-ce pas ? :)))) Les femmes sont comme des livres, qu'on essaie de comprendre.

Écrit par : Feuilly | 16/03/2017

Ou de feuilleter ? ;-)

Écrit par : celestine | 17/03/2017

@ Célestine : feuilleter dans le sens de parcourir, oui. :)) Mais il y a dans ce verbe, quand on l'applique à un livre, l'idée qu'on resterait en surface, qu'on n'entrerait pas dans l'ouvrage en profondeur. Or les femmes sont des êtres complexes, qui méritent notre attention à nous les hommes. On ne peut se contenter d'une approche superficielle.

Écrit par : Feuilly | 17/03/2017

Feuilleter ou effeuiller? ;) Mais que c'est beau, alors pourtant que la fin parle d'absence....

Écrit par : Edmée De Xhavée | 18/03/2017

@ Edme : feuilleter ou effeuiller, c'est toute la question, en effet.

Écrit par : Feuilly | 19/03/2017

Pour vous :

http://samedidefi.canalblog.com/archives/2013/03/23/26715817.html

¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 31/03/2017

@ Célestine : merci pour ce beau cadeau ! On retrouve ma lectrice, ses pauses languissantes, mais aussi d'autres poèmes, ceux des marins partant en mer pour tenter de réaliser leurs rêves les plus fous :

http://feuilly.hautetfort.com/archive/2008/09/29/la-nef-des-fous.html

Mais votre texte me fait aussi penser à ma réflexion de l'autre jour suite à la vision du lecteur que donnait Pascal Quignard : un être aspiré par les mille aventures découvertes dans les livres.

Mais vos mots à vous sont passion, passion pure de la lecture. Ils sont transcendance et la lectrice ici décrite vit mille vies sans bouger de son lit.

Écrit par : Feuilly | 31/03/2017

Écrire un commentaire