Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2016

La maison des souvenirs

Il suffit de caresser la mousse qui recouvre le vieux tronc pour entendre le murmure de la forêt.  C’est une musique douce à mes oreilles, celle qui déjà emplissait le monde de mon enfance.

Cet arbre-ci, je l’ai toujours connu, lui dont les branches s’agitaient près de la fenêtre de ma chambre. Parfois, les nuits de grand vent, elles venaient se frotter contre les vitres en caresses étranges et troublantes. Alors je fermais les yeux et m’endormais rassuré, bercé par ce doux va-et-vient monotone et entêtant.

Aujourd’hui, la maison est en ruine, plus personne ne l’habite. Inutile d’entrer, je connais chaque recoin par cœur. Des marches glissantes de schiste bleu descendent vers la cave au sol de terre battue. Il règne là une odeur de mort que seuls supportent les rats, terribles mangeurs de récoltes. Dans la cuisine, la grande cheminée attend les brassées de bois pour des feux imaginaires que plus personne n’allumera. Autour de la table maintenant vermoulue, l’ombre de mes frères et sœurs doit continuer à hanter ces lieux, fantômes éternels qui errent au fond de ma mémoire. Le vieil escalier de bois grince-t-il encore quand on monte vers les chambres d’un pas hésitant, sachant qu’on va bientôt basculer dans le monde irrémédiable des rêves ? Le grenier est sans doute resté désert. Seul un grand drap blanc qu’on avait mis là à sécher se balance-t-il encore doucement, car la vitre de la tabatière est brisée. C’est par là que pénétraient les oiseaux de la nuit, dont on entendait les pas incertains sur le vieux plancher.

Cette maison est remplie de légendes, de souvenirs et d’histoires incroyables.       

A l’extérieur, le long du mur, une plante étrange s’est mise à pousser. Ces fleurs sont rouges comme le sang. Ce sang qui coula ici, à la fin de la guerre, quand les ennemis qui se repliaient voulurent laisser une trace de leur passage.

Je descends vers la rivière, laissant à ma droite le cimetière aux souvenirs. Je ferme les yeux. Du fond de mes rêves perdus, j’entends le murmure de ceux qui se sont tus. Ce ne sont que les arbres de la forêt qui bruissent sous le vent du passé.

 

Littérature

02:19 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : littérature

Commentaires

C'est un beau texte, très bien écrit, mais cette maison paraît bien lugubre, comme le vestige d'événements tragiques suggérés.

Écrit par : Laure Hadrien | 10/12/2016

C'est une maison en ruine, pleine de souvenirs tragiques. On reconnaît bien là mon optimisme habituel. :)))))

Écrit par : Feuilly | 10/12/2016

L'écriture peut être un exutoire, cela ne veut pas dire qu'on est quelqu'un de triste même si on écrit des choses qui le sont.

Écrit par : Laure Hadrien | 10/12/2016

J'aime ce texte. Cette maison a une âme et chacun de vos mots le prouvent.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | 10/12/2016

Merci Célestine :))
@ Laure : non, je ne suis pas quelqu'un de triste, je ne crois pas en tout cas. Mais bon, j'ai toujours de la vie une vision assez tragique, ne serait-ce que parce qu'elle a une fin.

Écrit par : Feuilly | 11/12/2016

C'est très beau !

En octobre j'ai écrit un poème qui s'appelle aussi " La maison des souvenirs".
Je viens de le publier sur mon site ;-)

Écrit par : Pâques | 11/12/2016

Oui, on retrouve bien ton optimisme habituel, ha ha ha. Mais j'aime cette noirceur, l'odeur de moisi, les souvenirs qui plaquent les murs, un peu toxiques même... mais bien présents. L'écho de pas dans la cave et... oui, écoute bien, des rires d'enfants! Mais oui, eux aussi sont enfermés dans cette ruine!!!

Écrit par : Edmée De Xhavée | 11/12/2016

Un beau texte, oui !

Et le mot "tabatière" sera toujours plein d'échos...

http://feuilly.hautetfort.com/apps/search/?s=tabati%C3%A8re

Écrit par : Michèle | 11/12/2016

Il y a en nous un bruit de fond constant et imperceptible qui surgit avec force et nous envahie chaque fois que les bruits parasites de notre quotidien se taisent. Dans le nid silencieux du rêve on entend le murmure du passé et le tumulte des passions enfuis. C’est un processus implacable et troublant. Cette visite guidée et poétique de la maison des souvenirs nous rappelle qu’un bruit de fond ne disparaît jamais tant que notre mémoire est vigilante, active.
J'ai tendance à croire que la mémoire sélective n'existe pas, que la théorie freudienne, selon laquelle l'esprit est capable de réprimer certains souvenirs, ne tient pas. ''Il suffit de caresser la mousse qui recouvre le vieux tronc pour entendre le murmure de la forêt''.

Écrit par : Halagu | 12/12/2016

@ Marcelle Pâques : même nostalgie et donc même titre :))
@ Edmée :oui, tu connais mon optimisme légendaire :))
@ Michèle : j'avais pensé à toi en écrivant ce mot "tabatière" :))
@ Halagu : oui, il existe un fond de souvenirs qui est parfois occulté mais jamais oublié car il est en nous, au plus profond.

Écrit par : Feuilly | 14/12/2016

Écrire un commentaire