Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2016

Automne sanglant

Il fut le seul à se lever.

Il fut le seul à dire tout ce que tout le monde savait et que personne n’osait dire.

Il y eut bien dans la foule quelques murmures d’approbation, puis ce fut tout.

Quand les forces de l’ordre vinrent pour l’arrêter, tous se turent et il ne se trouva personne pour le défendre.

Jamais il n’avait été seul à ce point.

Il tenta de se sauver mais un coup de feu eut raison de son courage.

Le lendemain, sur le trottoir, il ne restait de l’incident qu’une trace rouge sombre, une tache couleur de l’automne.

Les passants pressaient le pas, sans rien dire, mais songeaient en eux-mêmes qu’il avait bien cherché ce qui lui était arrivé.

Une bourrasque se leva emportant les feuilles des arbres, rouges et jaunes, qui s’éparpillèrent dans le vent.

 Littérature

00:25 Publié dans Prose | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : littérature

Commentaires

Victor Jara, Garcia Lorca... voilà les mots que suscite en moi ce texte.

Par ailleurs pour être terre à terre, je suis abonnée à ce blog, mais je n'ai pas de notification quand un nouveau texte est publié. Que dois-je faire ???

Écrit par : Laure Hadrien | 29/10/2016

@ Laure Hadrien : Garcia Lorca , rien que ça ? Vous me flattez :))
Pour le reste, je ne sais pas s'il est possible d'être tenu au courant des nouvelles parutions. Je vais chercher.

Écrit par : Feuilly | 29/10/2016

''Les loups ont des têtes de mouton'' (Julos Beaucarne) et ''On se souvient alors qu’on est seul, incroyablement seul.'' (Fin de partie, Feuilly 13.08.2016). La solitude des êtres est un thème que je retrouve très souvent dans vos textes. On vit seul à l'intérieur de ses rêves et on meurt toujours seul.

Écrit par : Halagu | 30/10/2016

Remarque pertinente, cher Halagu. Sans doute ce sentiment de solitude tient-il au caractère. Même enfant, j'ai toujours été un peu "en-dehors" du groupe. Les jeux bruyants en commun ne m'intéressaient pas trop. Je préférais contempler les marronniers qui perdaient leurs feuilles plutôt que de jouer au football avec les autres. :))

Écrit par : Feuilly | 30/10/2016

Écrire un commentaire